dp1dp2

dp3dp4

dp5

Nombreux sont ceux à travers le monde qui essaient de trouver une alternative au
gréement traditionnel mât-voile au moyen d’un cerf-volant.

Force est de constater que ces tentatives ne sont pas concluantes et qu’aucun produit
n’existait encore pour la plaisance ou les professionnels. La raison en est simple : les
ailes étudiées, de type Kitesurf, ne sont utilisables pour la traction des bateaux qu’au
prix d’un pilotage permanent et de manoeuvres de lancement/réception délicates
réservées aux sportifs aguerris sur de petites embarcations.

L’aile OMEGA-SAILS est d’une utilisation simple par une seule personne et s’adapte aisément sur les bateaux existants. Elle économise tout ou partie du carburant des bateaux à moteurs, représente une sécurité accrue en cas de panne moteur et permet une navigation ludique et écologique.

Enfin, elle est amortie en une traversée de l’Atlantique; c’est ce qui sera démontré lors de la prochaine traversée de l’Atlantique en mars 2010.

A suivre :   

Domaines d’application/Bateaux concernés Comment ça marche?
Conditions d’utilisation
Performances sous aile
Adaptation sur bateaux existants
Prix/Calcul d’amortissement
Fabrication

L’inventeur, créateur de la société OMEGASAILS
Brevets

La traversée
The Atlantic Kite-Powerboat Challenge : à suivre sur  www.omegasails.com.


Domaines d’applications/Bateaux concernés

L’équipement des bateaux à moteurs de plaisance anciens ou neufs jusqu’à 14 m pour
une traction significative (vitesse supérieure à 5 nds sans moteur) à utiliser par une personne. Les ailes mesurent jusqu’à 80 m2 et peuvent être utilisées en train de cerfs-volants sur les mêmes deux lignes (80+60+40 = 180 m2).
Des bateaux plus grands peuvent être équipés des ailes OMEGASAILS  avec le moteur
à bas régime par vent modéré pour atteindre une vitesse significative.

L’équipement des bateaux de pêche. Le travail des marins n’est pas perturbé et l’aile ne demande pas de compétence dans la navigation à voile, ni de grande attention.

La sécurité des voiliers hauturiers en cas de démâtage.

Le convoyage transocéanique de bateaux neufs ou d’occasion qui, jusque-là, n’avaient
pas l’autonomie suffisante et devaient renoncer, prendre des risques de surcharge de
carburant ou payer cher un chargement sur barge ou cargo.

Comment ça marche?

Voir la vidéo sur www.omegasails.com.

L’aile est reliée par 2 lignes à une barre de commandes motorisée articulée sur le
Pont.

Elle est gonflée en 30 s avec un gonfleur haut débit depuis une valve unique.
L’utilisation de la commande électrique permet ensuite de la positionner à l’altitude
Souhaitée.

L’aile se positionne seule en fonction du vent et du cap du barreur et se prête à une
utilisation de nuit sous pilote automatique, le skipper endormi.

En fin d’utilisation, l’aile est ramenée sur le pont, dégonflée et emmagasinée
rapidement grâce à son lien de serrage.

Si l’aile tombe à l’eau, une marche arrière au moteur la fait redécoller instantanément.

Les allures accessibles sont celles du portant, à 70° de part et d’autre du vent arrière.

Le vent apparent doit-être d’au moins 7 noeuds.

Conditions d’utilisation de l’aile

Les caps accessibles s’étendent sur 70° de part et d’autre du vent arrière, les allures
portantes. L’aile se positionne seule suivant ces directions.

Les plans antidérives limités sur certains bateaux réduisent l’accés aux caps les plus
éloignés du vent arrière. L’appui d’un moteur à bas régime est alors préconisé.

Le vent apparent (vitesse du vent diminuée d’une partie de la vitesse du bateau) doit
être d’au moins 7 noeuds pour que l’aile reste en vol. En dessous de cette valeur,
l’aile peut reposer sur le pont.

La taille de l’aile doit être adaptée à la force du vent. La plus grande aile peut être portée
jusqu’à 30 noeuds. Une aile tempête de 20 m2 existe.

Performances sous aile

Les ailes OMEGASAILS sont conçues pour être utilisées par une seule personne
non expérimentée et pour exercer une traction significative, c’est à dire pouvoir
tracter un bateau de 14 m à plus de 5 noeuds sans moteur. Une personne peut donc
envoyer et rentrer des ailse de 80,60,40 et 20 m2 qui exercent une traction de 700 kgs
par vent de 20 nds, de quoi déplacer à 6 nds sans moteur un bateau genre trawler de 13 m
(13 tonnes).

Adaptation sur bateaux existants

Il faut prévoir un endroit dégagé sur le pont ou toit du roof et la fixation du support de
la barre de commandes. Cette fixation doit être éloignée de la proue d’au moins 3 m.
A l’intérieur du bateau, un renvoi amovible des efforts vers une structure solide peut
s’avérer nécessaire.

Prix/Calcul d’amortissement

Le prix du système complet aile-barre-gonfleur est de :

3400 € TTC aile de 20 m2,
4300 € TTC aile de 40 m2,
5400 € TTC aile de 60 m2
6200 € TTC aile de 80 m2.

Un catamaran à moteur de 12 à 14 m consomme au minimum 15 litres de gasoil par
heure à 7 noeuds. Une traversée de l’Atlantique des Canaries aux Antilles (2500 mn)
nécessite 15 jours à 7 nds et donc 5400 litres.

L’économie de carburant réalisée lors d’une traversée rembourse donc intégralement
l’achat de l’aile.

Fabrication

La production des ailes de 20, 40 et 60 m2 a été mise en place en Chine, celle des
barres de commandes en France.

L’inventeur, créateur de la société OMEGASAILS

Vincent LEBLOND, ingénieur de l’Université de Technologie de Compiègne en
énergies s’est intéressé il y a plusieurs années à la traction des bateaux par cerfs-volants
et a défini les caractéristiques d’une aile pouvant être utilisée par Monsieur-Tout- le-Monde.

Des cerfs-volants, du plus petit au plus grand ont ensuite été testés pour affiner les
caractéristiques des ailes actuelles.

OMEGASAILS sarl est née en 2009 avec un capital majoritairement détenu par
l’inventeur. La société s’appuie sur des bureaux d’étude français; citons Avel Vor
Technologies pour la barre, Zeeko pour les ailes, Kawaa Design et Blinnstudio pour
Internet et Aquinov pour les brevets.

Brevets

L’invention est protégée par les brevets internationaux PCT/FR2006/002702 pour
l’aile et PCT/FR2008/001612 pour la barre de commandes.